Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4ème Recensement Général de la Population : Nécessité de proroger la date de clôture des opérations

(Trop d'anomalies dans les opérations de porte-à-porte)

Les opérations du 4ème recensement Général de la Population Humaine (RGPH 4) ont été lancées officiellement le vendredi 10 Mai 2013. Elles ont été constatée sur le terrain à partir du Samedi 11 Mai 2013. Mais déjà, plusieurs anomalies émaillent le processus et si rien n’est fait pour corriger le tir, aucun bon résultat ne peut être obtenu à la fin de ces opérations.

Par Is-Deen O. TIDJANI

Prévues pour se tenir du 4 au 18 Mai 2013, soit deux semaines de collectes de données, les opérations du 4ème Recensement Général de la Population Humaine (RGPH4) ont démarré avec des jours de retard. Lancé officiellement le vendredi 10 Mai 2013 au Palais des Congrès par le Ministre du Développement Marcel de SOUZA, les travaux qui coûteront plus de 6 milliards de Francs CFA piétinent déjà sur le terrain. A la date d'aujourd'hui, très peu sont les populations ou ménages qui diront qu'elles ont été recensées. Plusieurs phénomènes sont à la base de cette situation. Au prime abord, on constate que non seulement les agents recenseurs envoyés sur le terrain démarrent les opérations de porte-à-porte avec des heures de retard. Il y a aussi le fait que plusieurs d'entre eux ne maîtrisent pas les zones dans lesquelles ils sont affectés pour le travail. Résultat, les opérations de portes à portes se font du coq à l'âne. Sur le terrain le constat a révélé que d'une maison A, des agents recenseurs sautent à une maison X, laissant ainsi plusieurs ménages sur les carreaux. A côté de cette anomalie, il faut aussi souligner que les piles de questionnaires mis à la disposition de ces agents recenseurs ne permettent pas à ces derniers de recenser plusieurs ménages avant la fin d'une journée. « Avec ces questionnaires, c'est difficilement que j'arrive à recenser 50 ménages avant la fin de l'heure (18 heures)... » a confié Jean-Baptiste Lohinto, un agent recenseur rencontré à Somè, un village de l'Arrondissement de Togba. Avant de poursuivre qu'ils éprouvent même des difficultés pour accéder dans certaines maisons de leurs zones d'opérations. Ces situations qui s'observent chez presque tous les agents recenseurs ne peuvent garantir malheureusement un résultat satisfaisant à la fin de cette opération.

Le constat dans l’arrondissement de Togba

Dans la commune d'Abomey-Calavi, et plus précisément dans les quartiers de l'arrondissement de Togba, les anomalies sont nombreuses et varient d'une maison à l'autre. Depuis le Samedi 11 mai que les opérations de porte-à-porte ont officiellement démarré dans cette zone dont les habitants sont à plus de 60% aïzo, le constat général fait état de ce que les agents recenseurs sillonnent les ménages à compte goute et visitent souvent les habitations à des heures où les parents ou des interlocuteurs valables ne sont pas présents pour répondre aux questionnaires que trainent les agents recenseurs. Et c'est en l'absence des propriétaires que les mûrs de ces ménages sont marqués du sigle «RGP». L’autre problème qu’il convient aussi de souligner est que certains agents recenseurs envoyés dans cette localité ne maitrisent pas correcteurs les différentes langues parlées par les habitants de cette zone dans laquelle ils ont été envoyés. Une autre situation qui constitue un blocage pour le bon déroulement des opérations de porte-à-porte. Sur tout un autre plan, on constate également qu’au lieu d’être en binôme, les agents recenseurs évoluent le plus souvent en solitaire, cette situation ne garantie ni la fiabilité des résultats des opérations, ni la sécurité des agents recenseurs. Pour l'agent recenseur Jean-Baptiste Lohinto : «… les difficultés qu'éprouvent les agents recenseurs à parler le Fon, le aïzo ou le toffin dans cette localité sont également à la base des pertes de temps qui s'observent entre l'enregistrement de deux ménages… La majorité des agents recenseurs qui ont été envoyés dans cette zone sont des étudiants qui ne maîtrisent pas les langues parlées ici ...» a-t-il confié. Voilà autant de phénomènes qui démontrent que les opérations du 4ème Recensement Général de la Population seront bouclées sans que la plupart des béninois ne soient effectivement recensés.

Nécessité de proroger le délai pour la réussite des opérations

Les opérations lancées officiellement le 10 Mai prendront fin ce samedi 25 mai 2013 si elles respectent rigoureusement le délai imparti. Mais pour éviter que tous ces milliards déboursés pour sa bonne marche et sa réussite ne partent en fumée, il est impératif que le délai de la clôture des opérations soit prorogé. Les autorités compétentes doivent aussi prennent les dispositions qui s'imposent afin que les dysfonctionnements observés sur les différentes zones d’opérations soient corrigés. Il y va de l'intérêt de tout le peuple béninois.

commentaires

Le Clairon "Vérité Impartialité Equilibre"

Le Clairon "Vérité Impartialité Equilibre"

"Site d'information sur l'actualité du Bénin et du Monde"

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog